Dans cette rubrique je partage avec vous le fruit de ma veille sur internet, le plus souvent sous forme de brèves et sur les thématiques telles que : innovations et alternatives tous azimuts, sciences, numérique, militantisme, transition écologique, logiciels libres, entrepreneuriat, ESSE, etc.

Max Schrems contre Goliath

Cet article de ZD Tech rappelle les faits d’armes de Max Schrems, étudiant en droit autrichien qui suite aux révélations de Snowden a attaqué Facebook en justice.

Le résultat de son action a permis de remettre en cause le « Safe Harbour », puis le « Privacy Shield », accords permettant de faciliter l’échange de données personnelles entre l’Europe et les États-Unis.

Malheureusement, comme pour le RGPD, cela a peu d’impact sur les pratiques des entreprises qui continuent allégrement à privilégier les GAFAMS pour leurs sites et applications. C’est tellement plus pratique !

Mais cela peut tout de même donner une base juridique pour d’autres plaignants et montre que l’action d’un seul individu motivé peut avoir de grandes répercussions. Bravo à Max Schrems !

Lire l’article sur ZD Tech.

Le « cimetière » des logiciels !

Les logiciels informatiques sont des œuvres de l’esprit qui apparaissent, vivent et puis souvent disparaissent… que cela soit parce qu’ils ne sont plus utilisés, que les personnes qu’ils pourraient intéresser ignorent leur existence ou encore qu’il n’y a plus aucun développeur pour les maintenir.

D’ordinaire, le code source des logiciels, du moins ceux open source (sinon libre), est partagé sur des dépôts, qui eux-mêmes peuvent disparaître !

C’est justement de manière à ce que les logiciels ne disparaissent pas complétement pour la communauté que le projet « Software Heritage » a été créé. Car comme toute œuvre les logiciels méritent d’être conservés, au moins pour des raisons historiques !

Accéder à Software Heritage.

Crises et totalitarisme numérique

Découvert via le journal L’âge de faire, voici un « rapport d’information » de la délégation sénatoriale à la prospective dont le contenu est très représentatif des menaces que fait planer le solutionnisme technologique sur les libertés individuelles. Nous sommes bien dans la « startuffe nation ». Haro sur les Amish qui s’y opposeraient !

Les crises environnementales qui pointent leur nez, à côté desquelles la COVID aura l’air d’une plaisanterie, devraient logiquement amener à des régimes politiques de plus en plus autoritaires.

Les joujoux technologiques mis en place par leurs prédécesseurs ne feront qu’augmenter leur pouvoir de nuisance, sans apporter une quelconque solution durable aux problèmes de fond.

Bref, double punition. Demain, tous chinois ?

Lire le rapport.

Les Français ont plus peur des ondes que des produits chimiques

La peur est presque toujours irrationnelle, même quand elle est fondée. Le paradoxe de cette étude est que s’il n’y a que 25 % des personnes interrogées qui font confiance au Wifi, je suis prêt à parier que la majorité des 75 % restants a activé cette technologie à son domicile, même lorsqu’il lui est possible d’utiliser une connexion filaire.

Pour ce qu’il est de la toxicité des ondes, il en va sans doute de même que pour la toxicité chimique. À chaque respiration nous inhalons de très nombreux composés chimiques dont la majorité sont neutres, une minorité nécessaire à notre survie et une autre toxique. Il doit en être pareil pour les ondes, dont certaines fréquences peuvent poser problème et la majorité sont neutres. De l’intérêt de caractériser cette nocivité (fréquences, etc.) de manière à y voir plus clair, même si cela disconvient à certains intérêts privés.

Lire l’article.

Le 6 août 1991, Tim-Berners Lee publiait la première page Web

Article de developpez.com reprenant quelques dates de l’évolution du « web » depuis sa création.
« Web » qui ne constitue qu’une partie de l’« internet », qui existait bien avant.

Comme souvent, il s’agit d’une invention de scientifiques, d’abord utile à leurs propres travaux, même si aujourd’hui ce protocole sert essentiellement de fondation à un vaste centre commercial.

Lire l’article.